Lapierre et Parisy, rois de la nuit !

13 mai 2018

Venant à bout de l’opposition formée par Douglas Lundberg et Pierre Courroye (Ginetta G55 / Speed Car), Christophe Lapierre et Mike Parisy (Porsche Cayman / CD Sport) ont remporté leur première victoire 2018 lors de la course nocturne disputée dans les rues de Pau. Le podium du soir est complété par Robert Consani / Benjamin Lariche (Ginetta G55 / Speed Car), qui prennent seuls la tête du Championnat de France FFSA GT.

 

Avec le forfait de l’Audi R8 LMS n°42, la Ginetta de Lundberg est promue en première ligne, au côté de la Porsche de Lapierre. Même si la pluie ne tombe plus sur la cité paloise, le départ est donné sous régime de la voiture de sécurité… et à la lueur des phares !

 

La course est lancée après trois tours, un peu trop tôt pour Robert Consani qui déborde Olivier Jouffret (Porsche Cayman / Vic’Team) avant même la ligne de chronométrage. La direction de course inflige aussitôt un drive through au pilote, qui a également passé dans la foulée son équipier Lundberg.

 

Les premiers tours de course permettent à Olivier Pernaut (Audi R8 LMS / Orhes Racing) de s’emparer de la sixième place, tandis que Christophe Hamon (Audi R8 LMS / Saintéloc Racing) déborde Michael Blanchemain (Porsche Cayman / Imsa Performance) puis Rodolphe Wallgren (Ginetta G55 / Speed Car) pour le gain de la septième position.

 

En tête, Lapierre doit s’employer pour fermer les portes face à un Lundberg très pressant. Consani prend sa pénalité pour ressortir en septième position. Jouffret retrouve la troisième place, pendant que Pernaut dépossède Cyril Saleilles (Porsche Cayman / Cool Racing) de la tête de la catégorie Am. Au tour suivant, ce dernier part à la faute et tape le rail.

 

Après vingt minutes de course, Lundberg tente sa chance en s’infiltrant à la corde du virage du Lycée. Après un contact avec Lapierre, il prend l’avantage et se ménage aussitôt quelques longueurs d’avance.

 

À l’ouverture de la fenêtre des changements de pilote, Lundberg est donc en tête devant Lapierre, Jouffret, Pernaut, Consani, Laurent Hurgon (BMW M4 / BMW Team France), Wallgren, Blanchemain, Valentin Simonet (Porsche Cayman / CD Sport) et Julien Lambert (Porsche Cayman / AGS Events).

 

Parmi les leaders, Wallgren et Blanchemain sont les premiers à s’arrêter au 15e tour. Lapierre et Jouffret attendent un tour de plus, laissant Lundberg et Pernaut seuls en tête.

 

Douglas Lundberg reste en piste jusqu’au 19e tour. Il cède les commandes à Olivier Pernaut, dernier homme de tête à passer par les stands.

 

Alors qu’il reste vingt-cinq minutes à courir, Pierre Courroye se retrouve aux commandes avec… 2/10e d’avance sur Mike Parisy ! Esseulé, Eric Trémoulet est troisième devant le duo Benjamin Lariche / Steven Palette en pleine explication. Julien Piguet, Rémy Deguffroy, Romain Monti, Rodolphe Wallgren et Stéphane Brémard complètent le top 10 provisoire.

 

Galvanisé par le soutien de son public, Mike Parisy attaque aussitôt son rival, qui résiste vaillamment jusqu’au 25e tour. Imparable, Parisy déborde son rival dans la courbe des stands.

 

Dans la fraicheur de la nuit, les esprits s’échauffent : en revenant sur Philippe Marie – qui avait perdu trois tours en prenant le relais de Pernaut à cause d’un problème technique – Steven Palette arrache une roue en tapant l’Audi. Benjamin Lariche en profite pour récupérer la troisième place au détriment d’Eric Trémoulet.

 

Il reste moins de dix minutes lorsque Manel Cerqueda perd le contrôle de son Audi dans la courbe des stands. L’Espagnol termine sa course au niveau du virage de la Gare, tandis que plusieurs voitures – dont la Ginetta de Soheil Ayari et la Porsche de Clément Dub – ne peuvent éviter les débris laissés tout au long de la ligne droite.

 

La voiture de sécurité entre en piste, puis la course est interrompue au drapeau rouge alors qu’il reste moins de six minutes au compte à rebours. La course n’est donc pas relancée et c’est le duo Lapierre / Parisy qui s’impose devant Lundberg / Courroye et Consani / Lariche.

 

Derrière Jouffret / Trémoulet, Hurgon / Piguet placent leur BMW dans le top 5. Simonet / Deguffroy emmènent la seconde voiture de CD Sport dans les points, devant Cayrolle / Monti (BMW M4 / 3Y Technology) et Beaubelique / Pla (Mercedes AMG / AKKA-ASP Team), qui perdent donc la tête du Championnat de France.

 

Neuvième du classement général, Rodolphe Wallgren s’impose dans la catégorie Am, juste devant Stéphane Brémard. À bonne distance, Nauroy / Herr complètent le podium.

 

La seconde course paloise du Championnat de France FFSA GT se déroulera demain à 13h45. Un rendez-vous à retrouver sur le site ffsagt.gt4series.com, sur la page Facebook du Championnat et sur YouTube avec la chaîne GT World by SRO.

 

ILS ONT DIT

 

Christophe Lapierre (Porsche Cayman / CD Sport) : « Le début de course était intense. J’étais un peu plus rapide que Douglas [Lundberg] dans le premier secteur, mais il revenait dans les deux autres. Il a tenté sa chance au Lycée, j’ai essayé de fermer la porte mais il est passé en allant au contact. Ensuite j’ai essayé de le suivre en espérant qu’il fasse une faute. Dans le même temps, nous avions fait l’écart avec le troisième et j’ai passé le volant à Mike en sachant qu’il pourrait faire la différence. »

 

Mike Parisy (Porsche Cayman / CD Sport) : « Christophe m’a donné le volant d’une voiture qui me permettait de m’exprimer. J’ai maintenu une pression constante sur Pierre [Courroye], la bagarre était sportive mais il fallait qu’il fasse une faute pour que je puisse passer. C’est ce qu’il s’est produit ! Je suis très heureux après la déconvenue de Nogaro et j’espère que nous compléterons un week-end parfait demain. »

 

Douglas Lundberg (Ginetta G55 / Speed Car) : « Robert [Consani] a pris un très bon départ, mais il m’a redonné la position très sportivement. Ensuite ça a été une bonne bagarre avec Christophe. Il a fait son boulot en me bloquant partout où il le pouvait. Mais j’ai pris l’avantage et j’ai pu continuer à pousser, tant la voiture était facile à piloter. C’était ma première course de nuit, une nouvelle expérience intéressante même si j’étais un peu nerveux au départ. »

 

Pierre Courroye (Ginetta G55 / Speed Car) : « Lorsque Douglas m’a passé le volant, j’ai aussitôt senti que la voiture se comportait bien. Mais je n’ai pas réussi à trouver le bon rythme d’emblée. Mike est revenu et je pense que je manquais d’expérience pour lui résister. J’ai ensuite essayé de le suivre. Dans l’ensemble c’est une bonne course pour nous. »

 

Robert Consani (Ginetta G55 / Speed Car) : « Au départ, c’était difficile de bien visualiser la ligne où nous pouvions accélérer. J’y suis allé mais ce n’était pas bon et nous avons même écopé d’un drive through. Je suis passé de la troisième à la septième place, avant de remonter quatrième au moment du changement de pilote. J’appréhendais cette épreuve, que je considérais comme un piège. Au vu du résultat de nos adversaires directs au Championnat de France, je pense que nous nous en sortons bien. »

 

Benjamin Lariche (Ginetta G55 / Speed Car) : « Le départ était excitant à suivre depuis les stands. En écopant du drive through, nous avons été écartés de la lutte pour la victoire, mais nous avons décalé notre stratégie pour ressortir entre Palette et Trémoulet, que j’ai ensuite passé. J’ai tapé un trottoir en fin de course et le volant n’était plus droit, j’avais hâte que ça se termine. »

 

Rodolphe Wallgren (Ginetta G55 / Speed Car) : « Mon objectif étant vraiment de remporter le titre en catégorie Am, je voulais donc continuer à rattraper les points perdus lors de mon abandon à Nogaro. Comme je suis parti à la faute en Super Pole, j’ai abordé cette course très prudemment. J’ai roulé en dessous de mon niveau et ça a payé. Si ça me permet de prendre la tête du classement général, alors c’est vraiment cool ! »

Nogaro

30 mars - 2 avril 2018

Pau

11 - 13 mai 2018

Dijon

13 - 15 juillet 2018

Magny-Cours

7 - 9 septembre 2018

Barcelone

28 - 30 septembre 2018

Paul Ricard

12 - 14 octobre 2018