Un doublé Speed Car à toute vitesse

13 mai 2018

Rythmée par d’innombrables rebondissements, la seconde course paloise du Championnat de France FFSA GT a été passionnante de bout en bout. Profitant de la pluie dans les dernières minutes, les duos Benjamin Lariche / Robert Consani et Pierre Courroye / Douglas Lundberg offrent le doublé aux Ginetta G55 de Speed Car. Revenus de loin, Mike Parisy / Christophe Lapierre (Porsche Cayman / CD Sport) complètent le podium.

Même si le ciel est chargé de nuages, les conditions s’annoncent clémentes pour cette course. Comme hier soir, c’est la Porsche Cayman n°1 qui occupe la pole position. Vainqueur de la Superpole et par conséquent vainqueur du Pirelli Challenge ce week-end, Mike Parisy partage la première ligne avec une autre Porsche, celle de Clément Dub (Cool Racing).

Lorsque la voiture de sécurité s’efface pour lancer la meute, Clément Dub et Steven Palette (Porsche Cayman / Imsa Performance) débordent Mike Parisy pour virer en tête. Ce dernier sort du virage de la Gare au ralenti, permettant à Lonni Martins (Audi R8 LMS / Saintéloc Racing) et Romain Monti (BMW M4 / 3Y Technology) de passer avant le Pont Oscar.

Dès le deuxième tour, Parisy reprend l’avantage sur Monti. Julien Piguet (BMW M4 / BMW Team France), qui a passé Soheil Ayari (Ginetta G55 / CMR), fait de même. Le premier tour est également marqué par l’abandon de Rodolphe Wallgren (Ginetta G55 / Speed Car) après un accrochage.

Au cinquième passage devant les stands, le trio Dub / Palette / Martins s’est déjà bien détaché de Parisy et Piguet. Encore plus loin, Romain Monti contient un groupe de furieux, constitué de Soheil Ayari, Jim Pla (Mercedes AMG / AKKA-ASP Team), Benjamin Lariche, Thomas Drouet (Mercedes AMG / AKKA-ASP Team), Eric Trémoulet (Porsche Cayman / Vic’Team) et Ricardo Van der Ende (BMW M4 / L’Espace Bienvenue). Plus loin dans le peloton, Cyril Saleilles (Porsche Cayman / Cool Racing) et Nicolas Gomar (Porsche Cayman / AGS Events) occupent les deuxième et troisième places de la catégorie Am, la tête étant toujours occupée par Dub. 

Les rebondissements se poursuivent en début de course, avec l’abandon de Pierre-Alexandre Jean (Ginetta G55 / CMR) ou le dépassement de Jim Pla sur Soheil Ayari.

Après vingt minutes de course, Lonni Martins parvient à intercaler son Audi R8 LMS entre les Porsche Cayman de Clément Dub et Steven Palette. Profitant du trafic avec les premiers retardataires, Parisy et Piguet recollent au groupe de tête. Puis Romain Monti sort de la piste dans la descente de Poeymirau, entraînant la neutralisation derrière la voiture de sécurité.

Cet incident coïncidant avec l’ouverture de la fenêtre des changements de pilotes, la quasi-totalité du peloton envahit la voie des stands. Seul Cyril Saleilles reste en piste en occupant la tête ! 

En ressortant des stands, Christophe Lapierre crée la surprise en doublant Michaël Blanchemain (Porsche Cayman / Imsa Performance) alors que la course est toujours neutralisée. Le pilote CD Sport écope logiquement d’une pénalité sous la forme d’un drive through. Après l’arrêt de Saleilles, Michaël Blanchemain récupère les commandes devant Christophe Hamon (Audi R8 LMS / Saintéloc Racing), Laurent Hurgon (BMW M4 / BMW Team France), Robert Consani, Laurent Dub (Porsche Cayman / Cool Racing), Douglas Lundberg, Olivier Estèves (Audi R8 LMS / Saintéloc Racing) et Eric Herr (Porsche Cayman / AGS Events).

Les jeux sont loin d’être faits et Christophe Hamon porte bientôt une attaque imparable dans la courbe des stands. Il s’infiltre à la corde en emmenant Laurent Hurgon dans son sillage, mais la BMW et la Porsche se touchent et Blanchemain touche les pneus dans le mur à l’extérieur du virage de la Gare ! Robert Consani réalise la bonne opération dans cette manœuvre, puisqu’il récupère la deuxième place.

La sortie de Blanchemain provoque une seconde intervention de la voiture de sécurité, alors que la pluie se met à tomber ! La course est relancée pour douze minutes, avec l’engagement des bagarres Hamon / Consani pour la première place et Hurgon / Lundberg pour la troisième. Sans oublier Lapierre qui surveille ce beau monde depuis la cinquième position… Un peu plus loin, Julien Lambert dépossède Laurent Dub de la tête de la catégorie Am et de la sixième place du général. 

Lorsque la pluie s’intensifie, les Ginetta passent à l’attaque : Lundberg passe Hurgon à l’épingle du Lycée et Consani passe en force devant Hamon dans la courbe du Casino pour passer en tête ! Quelques virages plus loin, Lundberg passe Hamon à son tour.

Mais ce n’est pas fini, puisque Hurgon touche à son tour l’Audi au virage de la Gare. Hamon peut repartir, mais Hurgon est aussi en difficultés et Lapierre récupère la troisième place… Comme à la parade, les deux Ginetta G55 de l’équipe Speed Car bouclent les derniers tours roues dans roues, bien détachées du reste du peloton. 

Derrière Consani, Lundberg, Lapierre, Hurgon et Hamon, Julien Lambert conserve la sixième place et surtout la tête des Am. Derrière Laurent Dub, Cyril Saleilles arrache la troisième marche du podium dans l’avant-dernier tour. Alexandre Bardinon, qui dispute sa première course avec la Mercedes AMG de M Racing-YMR, doit ainsi se contenter de la quatrième place.

Au classement général du Championnat de France, Consani / Lariche repartent de Pau avec 36 points d’avance sur Beaubelique / Pla. Lapierre / Parisy reviennent en troisième position, à quatre points derrière. Le top cinq est complété par Courroye / Lundberg et Jouffret / Trémoulet. La catégorie Am reste dominée par Gomar / Lambert, qui comptent dix-huit points d’avance sur Wallgren et la famille Dub au coude à coude.

ILS ONT DIT 

Benjamin Lariche (Ginetta G55 / Speed Car) : « J’ai pris un départ correct, sans plus. Nous manquions de vitesse de pointe et c’était difficile de doubler Monti, Ayari et Pla. Dans le même temps, je veillais à ne pas faire d’erreur dans l’optique du championnat. Nous avions misé sur des réglages polyvalents, sachant que la pluie pouvait arriver. Ce doublé vient récompenser le travail de l’équipe. Nous ne devons rien lâcher et continuer comme ça. »

Robert Consani (Ginetta G55 / Speed Car) : « J’ai récupéré une voiture parfaite. Ceux qui me précédaient n’étaient pas très rapides mais j’éprouvais des difficultés à les dépasser, car la Ginetta manque de vitesse de pointe face aux BMW et aux Audi. J’ai un peu forcé pour prendre la tête, après avoir été partagé entre le fait de penser au championnat et l’envie de gagner à Pau. C’est la folie qui l’a emporté ! Le boulot de Speed Car a été parfait, aussi bien sur le plan technique que sportif. Je redoutais ce week-end mais nous nous en sortons plus que bien, en solides leaders du Championnat de France. »

Pierre Courroye (Ginetta G55 / Speed Car) : « En étant vingtièmes sur la grille, nous aurions déjà été satisfaits avec un top 10 ! Je manque encore d’expérience pour les départs lancés et j’ai perdu une place, ensuite j’ai suivi le rythme en évitant les crashes. Après quelques dépassements, je suis remonté en onzième position et nous avons fait un super arrêt pour ressortir huitièmes. Doug a continué le job… Je suis vraiment heureux, cette deuxième place vaut une victoire pour nous. »

Douglas Lundberg (Ginetta G55 / Speed Car) : « Pierre avait déjà fait du très bon travail lorsque j’ai récupéré le volant. La seconde partie de course a été particulièrement chaotique. En slicks sous la pluie, il fallait être agressif pour saisir les opportunités. Lorsque j’étais derrière Robert, j’étais parfois un peu plus rapide mais je n’ai pas voulu prendre de risques en l’attaquant. Ça aurait été différent si nous n’étions pas équipiers ! »

Mike Parisy (Porsche Cayman / CD Sport) : « Dès le premier virage, la boîte de vitesses est restée bloquée en quatrième. J’ai su que mon relais serait difficile à cause de ce problème décidément récurrent sur la Porsche. J’ai ‘tapé’ dans le châssis pour rester au contact et j’ai tenté un ‘reset’ du système pendant que nous étions derrière la voiture de sécurité. Le résultat brut est tel que nous sauvons des points, mais sans la manière. »

Christophe Lapierre (Porsche Cayman / CD Sport) : « J’ai commis une erreur de débutant en sortant des stands, en oubliant que nous étions toujours sous régime de voiture de sécurité. Par la suite, j’avais un problème à l’épingle du Lycée, où je n’avais pas de puissance à la relance. J’ai réussi à gérer tout cela en profitant d’un super châssis. Après la seconde neutralisation, j’ai poussé pour revenir. C’était compliqué en slicks sous la pluie ! Ce résultat est une demi-déception, mais nous prenons sur nous. »

Nicolas Gomar (Porsche Cayman / AGS Events) : « Nous avons d’abord raté nos qualifications avec des réglages inadaptés. Lors de mon relais, j’ai gagné beaucoup de positions pour remonter deuxième de la catégorie Am. Nous avons fait notre changement de pilote en même temps que tout le monde, mais nous avons perdu trente-quatre secondes à cause du trafic dans la voie des stands. Puis j’ai fait un drive through qui ne m’était pas destiné à cause d’une erreur de panneautage. Julien [Lambert] a fait une super fin de course, il était très rapide sous la pluie. »

 

Nogaro

19 - 22 avril 2019

Pau

17 - 19 mai 2019

Ledenon

5 - 7 juillet 2019

Spa-Francorchamps

25 - 27 juillet 2019

Magny-Cours

13 - 15 septembre 2019

Paul Ricard

12 - 13 octobre 2019